• Histoire Générale

    world history

    Calendrier mésopotamien et activités brassicoles.

     

    Certains calendriers portent la marque de techniques brassicoles ou célèbrent des ingrédients de brasserie. Dans celui de Lagaš, deux mois se nomment l'un mois du manger l'orge, l'autre mois du manger le malt. Ces noms héritent du titre de fêtes adressées à la déesse Nanše et aux dieux Ningirsu ou Lugalurubar. L'intitulé complet du mois se lit par exemple mois de la fête du manger le malt pour Nanše. C'est le 9ème de l'année lagashite, approximativement novembre/décembre de nôtre calendrier [1].

    Au pays de Lagaš prospèrent trois villes distantes d'environ 20 km : Girsu au nord-ouest, lieu des résidences royales, Lagaš elle-même au centre, Nigin au sud. La fête du manger le malt de Nanše dure 6-7 jours durant lesquels la reine quitte en cortège la ville de Girsu pour se rendre à Lagaš le 2ème jour, à Nigin le 3ème jour, sanctuaire principal de la déesse Nanše. On lui offre tiares, colliers, sacrifices d'animaux et diverses offrandes de bière, farines, huile et dattes. Les 4ème et 5ème jours font l'objet d'un aller-retour à la Digue-où-l'on-mange-du-poisson. Nouvelles allocations pour les participants : plus de 8,5 l de bière forte, 85 cl d'huile, dattes, fromage au raisin et un paquet de poissons. Les 6ème et 7ème jours, le cortège revient à Girsu en repassant par la cité de Lagaš. Cet itinéraire et l'ordonnancement des visites recèlent un sens religieux et politique qui nous échappe. Lors de la fête du manger le malt pour Ningirsu, le roi emprunte presque le même chemin, mais se rend cette fois à URU-KUG, "ville-sainte" des faubourgs de Lagaš.

    Dans les deux cas, les offrandes sont à peu près identiques. Nous les connaissons grâce aux tablettes de comptabilité sur lesquelles les scribes enregistrent soigneusement ce qui entre et sort des réserves royales. Une des formules standard est par exemple : x pots (de 17 litre) de bière, un certain volume de farine, 1,7 l d'huile, idem dattes, idem mélange fromage-raisin-blé. Les quantités restent proportionnées au rang de chaque divinité. Si les pots de bière sont divisés par deux , les autres offrandes sont réduites d'autant.

    Ces offrandes sont redistribuées aux participants, après avoir été offertes et symboliquement consommées par les divinités ou leurs attributs sacrés (emblèmes). Les bières offertes sont l'une dite "forte" et l'autre "brune". Le Tableau ci-dessous suit le déroulement chronologique des évènements sur 6 jours (de haut en bas et de gauche à droite) [2].

     

    Fête du manger le malt de la déesse Nanše, 6ème année du règne de Lugalanda (≈ -2300). Offrandes de sa femme Baranamtara. (PBF = pot de bière forte, PBB = pot de bière brune)

    1er jour

    ½ PBF + ½ PBB à Enki du Giguna

    1 PBF + 1 PBB à Absumah

    1 PBF + 1 PBB à Ninšubur

    4ème jour

    1 PBF + 1 PBB

    au canal-Ambar

    1 PBF + 1 PBB à Ningirsu de Ninegara

    ½ PBF + ½ PBB à Ninur

    ½ PBF + ½ PBB à Ašnan

    2 PBF + 3 PBB pour Nanše

    1 PBF + 1 PBB

    à Inanna d'Ibgal

    1 PBF + 1 PBB à Nin-DAR

    ½ PBF + ½ PBB à Nindub

    ½ PBF + ½ PBB à Ibkuku

    5ème jour

    1 PBF + 1 PBB

    à Nanše de Šapada

    1 PBF + 1 PBB à

    Nin-MUŠ-bar

    ½ PBF + ½ PBB à EŠ-irnum

    ½ PBF + ½ PBB à Inanna

    1 PBF + 1 PBB pour Nanše

    1 PBF + 1 PBB

    au Lieu des libations de Lagaš

    ½  PBF + ½ PBB à  Dumuzi'absu

    ½ PBF + ½ PBB à la "Place Libre"

    ½ PBF + ½ PBB à Gatumdu

    1 PBF + 1 PBB pour le char

    2ème jour, pas de bière offerte

    1 PBF + 1 PBB à Hendursag

    1 PBF + 1 PBB à Šulutul de l'Emah

    ½ PBF + ½ PBB  Lugal-URUxKAR

    6ème jour

    3ème jour

    ½ PBF + ½ PBB à HE-tur

    1 PBF + 1 PBB à Mesan-DU

    ½ PBF + ½ PBB au Lieu de Libation de Nigin

    1 PBF + 1 PBB (lacune)  probable [1 PBF et 1 PBB]

    2 PBF + 3 PBB pour Nanše

     

    ½ PBF + ½ PBB à Šulutul du Lieu Saint

     

     

     

     

     

    TOTAL 6 jours

    27 pots de bière forte

    29 pots de bière brune

    Offrandes de bières durant le pèlerinage de la reine.

     

    La succession et la nature des offrandes sont strictement normalisées. On pourrait dresser des tableaux similaires pour chaque grande fête :

    - manger-l'orge-de-Ningirsu (total des boissons = 20½ pots de bière forte, 21½ de bière brune + 23,5 l de vin de datte)

    - manger-le-malt-de-Ningirsu (23½ pots de bière forte, 24½ de bière brune + 26 l de vin de datte)

    - fête-du-Parvis de la fête de Baba (18½ pots de bière forte, 15½ de bière brune + 1221 l de vin de datte)

    - fête d'Antasura, temple consacré à Ningirsu (17 pots de bière forte, 17 de bière brune) [3].

    La contenance standard du pot de bière (17 l) porte la consommation moyenne de bière, pendant l'une de ces cérémonies, à 315-400 l de bière forte et 263-416 l de bière brune. C'est une large redistribution de boisson aux participants, servis après les divinités. Dans cette logique, la fête du manger-le-malt-de-Nanše atteint des sommets avec 459 l de bière forte et 493 l de bière brune prodigués pendant 6 jours !

    Le mois-du-manger-le-malt, des repas collectifs sont donnés au palais. Y sont conviés les desservants de cultes ayant suivi le périple hebdomadaire des cérémonies, venus des divers sanctuaires du pays : 176 chantres, 174 servantes du culte et 68 de leurs enfants. Chaque adulte reçoit 1 pain blanc, du poisson, 1 litre de bière, et chaque enfant ½ pain de "ménage" [4]. Le malt ne figure ni parmi les offrandes, ni au repas collectifs du personnel religieux.

    On mentionne encore ce mois sous le règne du roi Su-Sîn (2037-2029), pour une distribution de quantités relativement grandes de bières ordinaire et supérieure (204 à 234 l) à divers groupes [5]. A Girsu, le mois du manger le malt survit jusqu'à la fin du 3ème millénaire comme 5ème mois de l'année  [6].

    Les fêtes de Lagaš confirment la valeur symbolique que les Sumériens attachent à l'orge, au malt, à la bière, aux pains à bière, et à leur consommation rituelle ou profane. Les cérémonies font partie du cycle de l'orge et de ses transformations. Leur caractère agraire est évident, tout le lien avec la brasserie. 

     >

     


    [1] Yvonne Rosengarten 1960, Le Concept Sumérien de consommation dans la vie économique et religieuse : 251 sq.

    [2] Gebhard Selz 1989, Die Altsumerischen Wirtschaftsurkunden der Eremitage zu Leningrad (Freiburger Altorientalische Studien 15,1) : 155-162 (Nik 23). Le total des pots est correct si lacune restaurée du 6ème jour. Décomptes parallèles de la même fête : DP 53 et TSA 1 dont les totaux oscillent entre 24 + 26 et 27 + 29 pots de bière. (Or 28 pp. 26-55)

    [3] Josef Bauer 1972, Altsumerische Wirtschaftstexte aus Lagash : AWL Fö 119, 5, 116, 74 et 94. Le pot vaut 20 sila, soit 16,84 l (selon Fö 89 qui donne 28 pots + 10 sila = 29 pots – 10 sila).

    [4] Yvonne Rosengarten 1960, op. cit. : 173-181 (DP 159). Ce pain de "ménage" doit être un pain séché qui se conserve longtemps.

    [5] Maurice Lambert 1968, Tablettes économiques de Lagash (Cahiers de la Société asiatique vol. XIX) : n°40. Soldats palatins, aux gens de Nikri, plusieurs échansons.

    [6] Kazuya Maekawa 1987, Collective Labor Service in Girsu-Lagash: the Pre-Sargonic and Ur III Periods, American Oriental Series 68, BM 15797 p. 66.