• Histoire Générale

    world history

    La fête annuelle d’Hathor en Egypte.

     

    Le mythe d'abord. On le connaît d'après le "Livre de la Vache du Ciel" raconté dans les tombes du Nouvel Empire. Mais il prend sa source dans une tradition qui remonte à l'Ancien Empire d'Egypte. Créateur du monde et de la race humaine, Rê-Atoum est excédé par l'inconduite des humains révoltés contre son autorité et décide de les anéantir. Ce mythe évoque un évènement historique : la guerre qui instaure le Moyen-Empire vers -2033. Le pharaon de Haute-Égypte Montouhotep II prend le contrôle de la Basse-Égypte devenue indépendante aux siècles précédents. Cette guerre dure 28 ans et fait de nombreuses victimes. La réunification sera présentée par les vainqueurs comme la révolte dûment châtiée du peuple de Basse-Egypte contre l'autorité quasi-divine de pharaon, assimilé au dieu .

    La colère s'empare donc de (ou pharaon). Son "œil" créateur devient un uraeus de feu qui embrase le monde, une sorte de soleil brûlant. On a rapproché ce souvenir égyptien du fond des âges et le réchauffement climatique qui frappa l'Afrique septentrionale il y a environ 6000 ans, transformant les plaines africaines verdoyantes en déserts arides parsemés de quelques oasis.

    Luxor Sekhmet New KingdomPour ne pas détruire la création, tout ce qui vit, pousse et respire, mais seulement la race humaine objet de sa colère, Rê-Atoum donne forme à une lionne chargée de dévorer seulement les humains sur terre. Sekmet, la Lionne puissante, accomplit sa tâche. Mais rendue peu à peu ivre de sang et de folie destructrice, Sekmet la Lionne devient incontrôlable. La création toute entière risque l'anéantissement. ordonne à Sekmet de gagner le Sud (Nubie/Soudan ?) où ses ravages continuent [1].

    Ivre de sang humain, la Lionne échappe à son créateur. doit ruser. Il charge le dieu-babouin Djehouti (Shou ou Khonsou-Shou dans d'autres versions) d'approcher Sekmet-la-Puissante et de la duper.

    Djehouti brasse autant de bière qu'il peut, additionnée de jus de datte pour la rendre plus alcoolisée. Elle est versée dans une marre remplie d'eau rougie par l'ocre pour imiter la couleur du sang. Ivre de fureur, Sekmet la sanguinaire boit toute la bière. Elle titube et s'endort, terrassée par l'ivresse alcoolique. A son réveil, sa fureur destructrice sera oubliée. Rê-Atoum, vainqueur de lui-même (Sekmet est sa propre substance), métamorphose son Œil : la Lionne dévoreuse devient Hathor, divinité rayonnante des festivités et de l'amour.

      Palette de Narmer

     

     

    La déeese duelle Sekmet/Hathor est une divinité très ancienne. Hathor figure déjà sur la Palette de Narmer, un document royal qui remonte à  3300 av. notre ère. Au registre inférieur du recto, le roi prend les apparences d'un taureau qui abat les murs d'une ville et terrasse un ennemi. Le roi est aussi appelé en Egypte le Taureau de sa Mère, pour signifier que le peuple de Haute et Basse Egypte est né d'une vache, Hathor en l'occurrence.

    Autrement dit, pour les anciens égyptiens, la vallée du Nil a été peuplée ou conquise dans les temps immémoriaux quand une Lionne furieuse assoiffée de sang s'est changée en Vache bienveillante et féconde par la magie de la bière rouge.

     

     

     

    Dès la plus haute antiquité, les temples de la vallée célèbrent tous les ans vers le 19 juillet le retour des eaux du Nil, la crue personnifiée par Hâpy. A cette saison, Hathor-la-généreuse succédait à Sekmet-la-brûlante des mois de juin-juillet. Cette cérémonie se nomme "apaissement de la chaleur brûlante" ou "apaisement de Sekmet-la-Puissante". Pour celle-ci, on prépare dans les ateliers-brasserie des temples d'Egypte la bière à l'ocre rouge.

    C'est une des rares occasions où les célébrations religieuse ne restent pas confinées dans l'enceinte des temples. Toute la population participe aux réjouissances : chants, danses, bière à volonté et licence sexuelle. Nul de peut y redire sans fâcher la féroce Sekmet ou la douce Hathor, Dame de l'ivresse, de la musique et de l'amour.

    Ivresse
    Hiéroglyphe tekh (th) signifiant l'ivresse.
    Une variante fréquente dessine une plante (roseau, nénuphar, ivraie ?) qui prend la place de la jarre à bière.
    Ivresse

     

     

     En l'honneur d'Hathor, les Egyptiens du Nouvel Empire (1500 à 1000) célèbrent chaque année à Denderah et Edfou une fête qui dure 15 jours. La bière se boit sans limite et l'ébriété y est de rigueur, pour commémorer l'ivresse de Sekmet, d'Hathor sous sa forme de Lionne furieuse [2].

     

     ^                              >

     


    [1] Cauville S. 2002, Dendara. Les fêtes d'Hathor, Orientalia Lovaniensa Analecta 105.

    [2] Goyon Jean-Claude 1992, Hathor, l'ivraie et l'ivresse, Cercle Lyonnais d'Egyptologie Victor Loret, Bulletin n° 6:4-16.