• Histoire Générale

    world history

    Surplus d'amidon et différenciation sociale.

     

    La situation change vers 4700 en Mésopotamie. Les villages et leurs zones cultivées s’agglomèrent en centres urbains établis le long des voies d'eau. Les territoires contrôlés couvrent en moyenne 100 km2 et englobent les villages amont. Ces organisations régionales rudimentaires intègrent hameaux, campements, villages et premiers centres urbains. Elles se fondent sur la coopération économique et l’émergence d’une hiérarchie politico-religieuse. Des entités comme Ur, Eridu et Uqair se caractérisent par leur stabilité politique, leur agriculture irriguée génératrice d'importants surplus de grains, une spécialisation économique au sein de la population, une centralisation régionale et pas seulement locale, et enfin l’organisation économique (vastes bâtiments associés aux réserves de grains, greniers collectifs et grandes jarres de stockage). L’accumulation des produits de prestige est faible (armes, métaux précieux, matériaux rares, bijoux, etc.). Ces derniers signent habituellement l'inégalité sociale fondée sur le troc de produits rares, sur la guerre ou les stratégies d'expansion par la force, celles que  commande une minorité pour son bénéfice.

    Comment interpréter ces données et comprendre la dynamique de la culture obeidienne récente (5300-4000)? Comment passe-t-on des modestes  communautés agraires relativement autarciques à des sociétés régionales hiérarchisées? Quel rôle la brasserie a joué dans cette évolution?

    Les chercheurs proposent deux modèles pour cerner la réussite des premiers centres de pouvoir élargi, qu'on baptisera "chefferies" par commodité [1].

     >

     


    [1] A. Johnson, T.K. Earle, 1987 : The Evolution of Human Society: from Forager Group to Agrarian State, 208, 222.